lundi 23 novembre 2020


 Coaching Chrétien : 4 Clefs relationnelles Bibliques

(coach chrétien et thérapeute psychologique: propose coaching chrétien - coaching de vie (catholique, évangélique...: https://www.1airdevie.fr/services-chrétiens/ )

« Rappelle-toi d’où tu es tombé, convertis-toi »
 
La Bible recèle bien des solutions, même psychologiques, à nos difficultés. Dans le texte ci-dessous, nous pouvons observer 4 CLEFS RELATIONNELLES, montrant comment le Seigneur fait pour faire un reproche, évitant ainsi le conflit, et demeurer dans un bon relationnel.
 
Tout d’abord, voici ce qu’il ne fait pas :
Accusez de but en blanc, humilier l’autre, ne pointer du doigt que la faute, enfermer l’autre dans un jugement sans concession.
Ayons aussi en mémoire qu’il n’est pas juste juge, mais aussi avocat : il connait « la vérité », les faiblesses de son interlocuteur, ses efforts, son bon côté et ses torts. Nous, nous nous devons de rechercher tout cela humblement avant de poser un jugement !
 
Voici ce qu’il fait :
En premier lieu, il rappelle les réussites, les atouts de celui à qui il fait des reproches.
Puis il précise, ce qu’il reproche, l’objet de son mécontentement sans « non-dit » ou silence complice : Il reste « en vérité ». Malgré cela, il ne fait pas de généralité, ni de condamnation, de jugement définitif (ex : « tu ES nul, tu NE CHANGERAS JAMAIS, tu ES comme ceci…). Enfin, il invite à revenir encore à ses débuts, c’est-à-dire au temps où il donnait le meilleur de lui-même avec zèle.
 
4 clefs du relationnel sont donc ainsi misent ici en évidence afin de nous éclairer lors de conflits ou de simples désaccords :
 
1/ Souviens toi et verbalise les qualités, les réussites, les talents de celle ou celui avec qui tu es en désaccord
 
2/ Expose clairement ton problème en le décrivant (pas de généralité à l’emporte-pièce !)
 
3/ Fais ceci sans accusation (tu n’es pas Dieu !) ou jugement définitif en te souvenant de tes propres faiblesses : questionne, reformule, essaie de comprendre pour mieux discerner. L’intelligence n’est pas dans l’autorité ; elle se révèle dans la clairvoyance du problème.
 
4/ Encourage et propose une solution équitable, possible, afin de ne pas abimer le lien sous prétexte de vérité. Néanmoins, ne culpabilise pas s’il te semble être la victime, mais affirme calmement ton avis avec assurance. Ne ferme pas les portes, mais ouvre un champ de possibilités…
 
« Rappelle-toi d’où tu es tombé, convertis-toi »
« J’ai entendu le Seigneur qui me disait :
À l’ange de l’Église qui est à Éphèse, écris :
Ainsi parle celui qui tient les sept étoiles dans sa main droite,
qui marche au milieu des sept chandeliers d’or :
Je connais tes actions, ta peine, ta persévérance,
je sais que tu ne peux supporter les malfaisants ;
tu as mis à l’épreuve ceux qui se disent apôtres
et ne le sont pas ;
tu as découvert qu’ils étaient menteurs.
Tu ne manques pas de persévérance,
et tu as tant supporté pour mon nom,
sans ménager ta peine.
Mais j’ai contre toi
que ton premier amour, tu l’as abandonné.
Eh bien, rappelle-toi d’où tu es tombé,
convertis-toi, reviens à tes premières actions. »
(Ap 1, 1-4 ; 2, 1-5a)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Un petit mot de vous pour éclairer, merci :